Depuis 2019, la filière ORKiD lance des appels à projets annuels destinés à dynamiser les activités de recherche. Ces appels à projets sont destinés à tous ses acteurs (médecins, paramédicaux, chercheurs, …) membres des centres de référence, de compétence, laboratoires de recherche, etc.

L’évaluation et la sélection des projets sont fondées sur des critères de pertinence, de qualité et de faisabilité. Les projets retenus sont présentés lors des journées nationales annuelles de la filière ORKiD.

Appel à projet 2020

Lucile FIGUERES, pour son projet intitulé « Identification de nouveaux gènes candidats dans le diabète phosphaté » dont l’objectif principal est d’évaluer le retentissement fonctionnel de certaines mutations afin d’évaluer si elles sont responsables de la symptomatologie

Olivia GILLION BOYER, pour son projet « Recherche de variants génétiques associés à la glomérulonéphrite aiguë post-infectieuse à anticorps anti-facteur B et chez l’enfant et l’adulte ».

Emilie CORNEC LE GALL, pour son projet « Caractérisation clinique et fonctionnelle d’un nouveau gène impliqué dans les formes atypique de Polykystose Rénale Autosomique Dominante » dont l’objectif principal est de caractériser le phénotype rénal et extrarénal des patients présentant des mutations d’un gène candidat nouvellement identifié, impliqué dans les formes atypiques de polykystose rénale autosomique dominante (désigné ci-après PKD7), et de caractériser in vitro les conséquences fonctionnelles des variants perte de fonction de ce gène.

Bénédicte BUFFIN MEYER pour son projet intitulé « Pronostic anténatal des pathologies du développement rénal» dont l’objectif principal est de développer un ELISA pour quantifier dans le liquide amniotique un biomarqueur prédictif du devenir des anomalies congénitales du développement rénal (CAKUT).

Barbara SEITZ POLSKI, pour son projet « Étude comparative in vitro de biothérapies effectives sur la balance Th17/Treg dans une cohorte de patients en rechute dans les suites d’une glomérulonéphrite extra-membraneuse (GEM). » dont l’objectif principal est de comparer in vitro l’effet de différentes biothérapies (anti-Il-6, anti-Il-17, Il-2 faible dose, hydroxychloroquine, vitamine D) sur la balance lymphocytaire Th17/Treg dans une cohorte de GEM en rechute afin de déterminer la meilleure approche thérapeutique.

Caroline PROT BERTOYE, pour son projet portant sur l’« Hypomagnésémie Familiale avec Hypercalciurie et NéphroCalcinose, des déterminants aux perspectives thérapeutiques » dont l’objectif principal est de déterminer le rôle de la claudine 19 dans les perméabilités paracellulaires ioniques et leur contrôle dans la branche large ascendante de l’anse de Henle.

Emmanuel ESTEVE, pour son projet intitulé « Etude exploratoire de l’intérêt du test de génération de thrombine pour évaluer le risque thrombotique et l’évolution du profil d’hypercoagulabilité des patients ayant un syndrome néphrotique » dont l’objectif principal est de quantifier le caractère prothrombotique des patients ayant un syndrome néphrotique par le test de génération de thrombine à la phase initiale de la maladie.

Romain VIAL, pour son projet portant sur « Facteur circulant de perméabilité endothéliale périphérique du syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes de l’enfant et de l’adulte. » dont l’objectif principal est d’identifier la fraction sérique comprenant le facteur de perméabilité endothéliale périphérique au cours du syndrome néphrotique à lésions glomérulaires minimes.

Appel à projet 2019

Anissa MOKTEFI, Médecin Assistante spécialiste, pour son projet « Identification de marqueurs histologiques prédictifs de réponse à la corticothérapie au cours du syndrome néphrotique à Lésions Glomérulaires Minimes (SNLGM) de l’adulte » dont l’objectif principal est de déterminer la valeur prédictive de réponse à la corticothérapie des marqueurs d’activation précoce des cellules épithéliales pariétales sur la biopsie rénale effectuée avant l’instauration de traitement de première ligne.

Guillaume DORVAL, Chef de Clinique Assistant, a été retenu pour son projet « Etude différentielle des sous-populations lymphocytaires exprimées chez des patients atteints de syndrome néphrotique cortico-sensible par une méthode ultra-précise de séquençage d’ARN sur cellule unique » dont l’objectif principal est d’identifier des sous-types cellulaires, et des voies de signalisation impliqués dans le développement du syndrome néphrotique cortico-sensible.

Sophie CHAUVET, Néphrologue, a été retenue pour son projet « Analyse transcriptomique et protéomique des glomérulopathies à dépôts de C3 » dont l’objectif principal est d’identifier la signature moléculaire dans la glomérulopathie à dépôt de C3.

Julie KLEIN, Chargée de recherche INSERM a été retenu pour son projet « Mécanismes physiopathologiques des anomalies congénitales du développement rénal» dont l’objectif principal est d’identifier de nouvelles protéines clés impliquées dans les anomalies congénitales du développement rénal (CAKUT).

Barbara SEITZ POLSKI, MCU-PH d’Immunologie « Profil cytokinique des patients présentant une Glomérulonéphrite Extra-Membraneuse : Impact de l’Environnement » dont l’objectif principal est d’établir le profil cytokinique (activation de la voie Th1, Th2 ou Th17) des patients porteurs d’une Glomérulonéphrite Extra-Membraneuse après stimulation non spécifique des Lymphocytes T et analyser ce profil au regard d’un questionnaire environnemental (mode de vie Urbain ou rural, profession, date d’entrée dans la maladie…).

Anne COUDERC, Chef de Clinique Assistante a été retenu pour son projet intitulé « Etude du génome de l’EBV chez les patients atteints de syndrome néphrotique idiopathique cortico-sensible » dont l’objectif principal est d’identifier un profil de séquence particulier de l’ADN de l’EBV chez des patients atteints de syndrome néphrotique idiopathique cortico-sensible, qui pourrait être à l’origine d’auto-anticorps par réaction croisée.